Ven21112014

JA Tabs

Back Vous êtes ici : Home Environnement L'Utopie, c'est Aujourd'hui

Environnement | OutreMer Le Mag

L'Utopie, c'est Aujourd'hui

Nous commençons tout juste à appréhender ce que sera le phénomène d’urbanisation mondiale avec 80% de citadins dans le monde en 2050. Certaines ruptures se sont déjà imposées. On aimerait que la ville d’aujourd’hui soit équitable et respectueuse de l’environnement. Qu’elle intègre les difficultés liées à la mobilité, à la gestion de l’eau, et applique les technologies vertes au bâtiment. Cet équilibre des écovilles ou des écoquartiers a marqué la fin du 20ème siècle et trace la route jusqu’à l’horizon 2020. La ville telle que nous la connaissons s’améliore.



Mais que sera la ville de 2050 ?
Sous le crayon des architectes naissent les projets les plus fous : Villes sous marines, villes végétales, villes nourricières. Les exemples se multiplient et le mouvement s’accélère. L’utopie de la ville existe depuis l’origine des temps, mais actuellement, la ville s’invente vite.

Un exemple : Le biomimétisme
Le biomimétisme a été lancé aux Etats-Unis il y a à peine dix ans et déjà il passionne tous les prospectivistes. En observant le vivant, on repère les meilleures « trouvailles » de la nature et on s’en inspire pour développer des technologies. Par exemple, on copie les organismes vivants qui travaillent à température et pression ambiante, avec des substances soit non toxiques, soit toxiques biodégradables. Ou les termites qui savent réguler la température sous plus de 40°, sans air conditionné, et en Inde, les fourmilières qui durant la mousson, dévient le surplus d’eau par un réseau très dense de très nombreux petits canaux, pour les copier et réinventer la ville.
Les cofondateurs du mouvement européen, Biomimecry Europa, Gauthier Chapelle, chercheur, biologiste, et Luc Schuiten architecte explorent cet art d’imiter la nature, Si Gauthier Chapelle peut nous expliquer comment les matériaux de demain ressembleront aux coraux qui ont fixé le carbone pour faire leur coquille, ou comment les flux routiers seront gérés comme le sont les bancs de poisson ou les vols d’oiseaux par simples échanges de données et d’informations, les dessins de Luc Schuiten nous donnent tout cela « à voir ».

Luc Schuiten
L’architecte bruxellois, considéré comme un visionnaire, a bien les pieds sur terre. «Ce que je dessine ne se réalisera jamais tel quel, explique-t-il. Je veux montrer que d’autres voies sont possibles, donner à l’imagination de la force. ».
http://www.mediapeps.org/gaia-network/visite-de-lexposition

Penser la ville résiliente :
En ces temps où l’on parle de réchauffement climatique la capacité d’adaptation immense de la nature l’interroge : « La nature est toujours en état de flux, ce n’est pas un système figé, c’est pourquoi il est intéressant de s’en inspirer. Nous voulons comprendre sa logique, de façon à rendre plus efficaces les bâtiments dans une optique de développement durable. Nous devons puiser des savoir-faire dans la nature. » La ville est vivante. Elle peut produire sur ses toits ou ses sur espaces vides de quoi la nourrir, des arbres y deviennent des murs porteurs, elle change de peau si les matériaux évoluent. La nature n’est elle pas le plus vieux laboratoire du monde avec des milliers d’année de R&d à explorer ? Ainsi Luc Schuiten étudie comment les villes peuvent évoluer : Lyon, Bruxelles, Sao Paulo, Nantes, Tokyo…il les dessine selon sa vision 2100 . Il n’hésite pas non plus à rencontrer de plus petites municipalités pour semer ses idées. En février, il était l’invité de la municipalité de Velizy Villacoublay .

.
FaceBook  Twitter  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Plan du site

Brèves

Qui sommes-nous?

Communiquez sur OutreMer Le Mag

Si vous souhaitez vous faire connaître auprès de notre lectorat, quoi de mieux qu’une campagne publicitaire sur un site internet à vocation extra-territoriale ? En moins de 48 heures, votre publicité pourra être accessible !
Pour vos annonces et achats d'espaces :
Régie publicitaire: COM'PLUS
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Tel : 0690 15 99 35